Cinq défis liés aux initiatives multipartites en matière d'IA

15 septembre 2021

Les applications de l'intelligence artificielle créent de nouveaux espaces qui nécessitent une gouvernance. Les initiatives multipartites sont prometteuses, mais elles doivent inclure de manière significative toutes les personnes dont la voix doit être entendue. L'expérience acquise jusqu'à présent en matière de gouvernance numérique montre qu'une inclusion significative est un défi de taille.

Les initiatives multipartites ont souvent bien fonctionné lorsqu'elles avaient pour objectif étroit de fixer des normes techniques, le groupe de travail sur l'internet en étant un exemple. Il était naturel d'emprunter le modèle pour tenter de traiter des questions plus larges concernant l'éthique, les droits et le développement - mais cela pose un nouveau défi, celui des différentes parties prenantes qui apportent des paradigmes politiques et idéologiques différents.

L'expérience acquise jusqu'à présent montre que les efforts déployés pour assurer une véritable inclusion dans la gouvernance multipartite échouent sur cinq points essentiels.

1. Toutes les parties prenantes ne sont pas égales.

Les initiatives multipartites incluent généralement quatre types de parties prenantes : les organisations internationales, les gouvernements, le secteur privé et la société civile. Toutefois, le fait d'inviter des parties prenantes de chaque catégorie peut devenir un exercice de cochage de cases plutôt qu'une véritable tentative d'apporter des perspectives diverses provenant de différents groupes à travers le monde.

Les initiatives prétendument mondiales ne concernent souvent que les pays occidentaux, laissant de côté les pays à faible revenu - et généralement aussi la Chine, bien qu'il s'agisse d'un géant de la technologie. Dans le secteur privé, seuls les grands acteurs de la technologie ont tendance à être invités ou mis en avant. Les petites entreprises technologiques, quant à elles, et celles qui ne traitent des technologies numériques que de manière indirecte, se font rarement entendre, même si elles peuvent avoir des idées plus nuancées en raison de leurs créneaux d'activité ou des marchés qu'elles desservent. Les représentants de la société civile sont généralement de grandes ONG internationales ayant des bureaux dans les capitales, plutôt que des acteurs locaux susceptibles de mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain.

2. La participation demande beaucoup de ressources.

Même si de nombreux groupes habituellement exclus mentionnés ci-dessus - organisations de la société civile locale, petites entreprises et pays à faible revenu - sont invités à participer, il se peut que, dans la pratique, ils ne disposent pas de suffisamment de temps, d'argent ou de capacités.

Une partie du problème réside dans le nombre considérable d'initiatives en matière de gouvernance des technologies. Il y en a environ 600 rien que dans le domaine des mécanismes juridiques non contraignants, dont beaucoup font appel au multistakeholderisme. La participation à de multiples initiatives de ce type mobilise rapidement les ressources d'une organisation ; en effet, il peut s'agir d'un travail à temps plein, ne serait-ce que pour déterminer les initiatives auxquelles il convient de participer en priorité.

3. L'argent détermine l'ordre du jour.

La question de savoir comment et par qui les initiatives sont convoquées reste un défi majeur dans la gouvernance technologique multipartite. Quelle est la légitimité de l'initiateur d'une initiative ? Comment définissent-ils les questions à traiter et décident-ils des acteurs qu'ils approchent pour qu'ils participent ?

D'autre part, d'où ces acteurs tirent-ils leur financement ? Si un acteur du secteur privé finance les gouvernements et la société civile pour qu'ils participent à une initiative multipartite, on ne peut guère s'attendre à ce qu'ils s'écartent radicalement des intérêts de cet acteur. Ainsi, alors qu'en théorie une initiative peut sembler apporter une hétérogénéité de points de vue, en pratique, il peut y avoir de multiples acteurs qui défendent tous la même ligne.

4. Ils peuvent être des lieux de discussion.

Souvent, il n'est pas clairement établi si les initiatives multipartites sont destinées à être simplement consultatives ou si elles sont capables d'appliquer des décisions. Le Forum sur la gouvernance de l'internet, par exemple, est largement considéré comme un simple forum de discussion.

Lorsque les accords multipartites n'ont pas le pouvoir de s'imposer, cela permet aux plus grands acteurs des gouvernements et du secteur privé de faire du "forum shopping" ou de se retirer dans des accords plus exclusifs, comme Davos, pour prendre les vraies décisions.

5. La relation entre le multistakeholderisme et le multilatéralisme n'est pas claire.

De nombreux pays qui ne sont généralement pas inclus dans les accords multipartites préféreraient une approche multilatérale de la gouvernance des technologies. Cela s'explique en partie par le fait qu'ils sont familiarisés avec les moyens multilatéraux d'engagement, ce qui atténue les problèmes de ressources liés à la navigation dans les initiatives multipartites.

Ils peuvent également penser que les approches multilatérales confèrent une plus grande légitimité. Toutes les parties prenantes, à leur manière, peuvent prétendre représenter les citoyens - les gouvernements parce qu'ils sont élus, les organisations de la société civile parce qu'elles sont financées par des dons et les acteurs du secteur privé parce qu'ils dépendent de la possibilité de donner aux consommateurs ce qu'ils veulent - mais, en fin de compte, ce sont les États qui ont le pouvoir de mettre en œuvre et d'appliquer les résultats en matière de gouvernance.

En réalité, le multipartisme et le multilatéralisme ont tous deux un rôle à jouer dans la gouvernance des technologies. Le défi consiste à déterminer comment ils doivent s'intégrer.

Nanjira Sambuli est une chercheuse, une analyste politique et une stratège en matière de plaidoyer qui s'intéresse et travaille à la compréhension des impacts de l'adoption des TIC et de leur incidence sur la gouvernance, les médias, l'esprit d'entreprise et la culture, en mettant l'accent sur les implications en matière de parité hommes-femmes.

Vous pouvez aussi aimer

15 MAI 2024 - Podcast

L'IA bénéfique : aller au-delà des risques, avec Raja Chatila

Dans cet épisode du podcast "AIEI", Anja Kaspersen, Senior Fellow, s'entretient avec Raja Chatila, de l'université de la Sorbonne, sur l'intégration de la robotique, de l'IA et de l'éthique.

9 MAI 2024 - Podcast

L'état de la sécurité de l'IA en Chine, avec Kwan Yee Ng et Brian Tse

Dans ce podcast "AIEI", Wendell Wallach, membre de Carnegie-Uehiro, s'entretient avec Kwan Yee Ng et Brian Tse, de Concordia AI, sur la coordination de la gouvernance des technologies émergentes dans le monde.

30 AVRIL 2024 - Podcast

L'IA est-elle un simple artefact ? avec Joanna Bryson

Dans cet épisode, l'animatrice Anja Kaspersen est rejointe par Joanna Bryson de l'école Hertie pour discuter de l'intersection des sciences informatiques, cognitives et comportementales et de l'IA.