Italian navy rescues asylum seekers in the Mediterranean off the coast of Africa, June 2014. <br>CREDIT: <a href="https://www.flickr.com/photos/vfutscher/42322119744">Massimo Sestini/Polaris</a> <a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/">(CC)</a>.
La marine italienne sauve des demandeurs d'asile en Méditerranée, au large des côtes africaines, juin 2014.
CREDIT : Massimo Sestini/Polaris (CC).

Le système mondial d'accueil des réfugiés doit être responsabilisé

20 juin 2021

Le monde est devenu moins accueillant pour les réfugiés. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un système de réfugiés injuste et, en fin de compte, non viable, qui accroît la souffrance humaine tout en faisant peser injustement le fardeau de l'accueil des réfugiés sur les nations les plus pauvres. La triste réalité est que les obligations unilatérales et volontaires des États et des acteurs individuels se sont révélées inefficaces pour faire face à la crise mondiale des réfugiés.

Outre un certain nombre de problèmes systémiques, la crise des réfugiés a également été exacerbée par certaines factions politiques et certains membres des médias, qui cherchent à qualifier les réfugiés de fardeau pour la société. Aux États-Unis, le sénateur Tom Cotton a affirmé qu'un afflux croissant de réfugiés mettrait en péril les emplois américains et, l'année dernière, l'ancien président Donald Trump a adopté un décret accordant aux gouverneurs des États le droit de refuser les réfugiés. Le sénateur Cotton et l'ancien président Trump n'ont pas compris les avantages économiques des réfugiés. Toutefois, le maire d'Utica (New York), Robert Palmieri, surnommé"la ville qui aime les réfugiés", s'est fait l'avocat du pouvoir économique des réfugiés dans les municipalités.

En cette Journée mondiale des réfugiés, il est temps de se mettre au travail au nom des plus de 26 millions de réfugiés et de demandeurs d'asile dans le monde. Pour commencer, nous devons remédier au déséquilibre actuel entre les pays riches et les pays pauvres en visant une répartition plus équitable de la protection des réfugiés.

Alors, comment pouvons-nous mettre en place un système de réfugiés qui partage équitablement la responsabilité des réfugiés ? À quoi ressemblera-t-il ? Pour commencer, nous devons nous assurer que la "proximité" ne reste pas le principe presque exclusif de la protection des réfugiés. Il est temps d'y ajouter la "culpabilité" et la "capacité" afin de garantir un partage équitable des responsabilités.

Tout d'abord, la responsabilité par proximité fausse la définition du partage des responsabilités, comme l'a mis en garde Peter Sutherland, ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour les migrations et le développement. Par exemple, les voisins de la Syrie - la Turquie, le Liban et la Jordanie - sont pour la plupart des lieux de refuge pour les Syriens fuyant la guerre civile dévastatrice. Globalement, les pays en développement, qui sont à la fois relativement pauvres et le théâtre de nombreux conflits armés, accueillent 86 % des réfugiés de la planète, sans bénéficier d'un financement international adéquat (en 2020, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés [HCR] a fait état d'un déficit de financement de 51 %). Tous les États doivent accepter des responsabilités supplémentaires, en particulier pour faire respecter la garantie fondamentale que les réfugiés ne seront pas expulsés vers des territoires où ils seront persécutés, mais ce fardeau ne doit pas simplement incomber à ceux qui sont les plus proches de la crise.

Deuxièmement, les coupables doivent payer pour être indemnisés. Il existe des preuves convaincantes que les représentants des gouvernements (et leurs associés) des pays d'origine ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, et violé les droits de l'homme internationaux en provoquant la fuite d'un sous-ensemble de leur population vers un autre État. Dans le cas de la Syrie, cela a même été confirmé dans un verdict du tribunal régional supérieur de Coblence (Allemagne). Une autre plainte importante a été déposée à Paris en mars 2021, visant directement des membres haut placés du gouvernement syrien, y compris Bachar el-Assad lui-même.

Par conséquent, les gouvernements coupables doivent indemniser les personnes lésées. En effet, il existe des précédents clairs dans le droit international en faveur d'une compensation financière pour les réfugiés. Mais comment obtenir une compensation financière d'un pays d'origine déchiré par la guerre civile ? En d'autres termes, comment obtenir légalement l'argent de Bachar el-Assad, de sa famille et de ses associés pour aider à payer les réfugiés syriens ? Nous avons identifié quatre mécanismes permettant d'accéder aux avoirs des auteurs de crimes : i) le gel des avoirs par le biais des sanctions du Conseil de sécurité ; ii) l'action dans les systèmes juridiques nationaux (sur la base de l'exemple mentionné de l'Allemagne), ainsi que le gel et la distribution de fonds à l'étranger (voir par exemple la loi Magnitsky aux États-Unis et les propositions des défenseurs au Canada) ; iii) l'action au niveau de l'Union européenne (UE) dans le cadre du régime de sanctions en matière de droits de l'homme adopté en décembre 2020 ; et iv) la conclusion d'accords tripartites, comme ceux conclus entre la Suisse, le Nigéria et la Banque mondiale.

Troisièmement, la responsabilité par capacité repose sur l'idée que les économies les plus riches du monde sont capables d'avoir un impact significatif sur la réduction du nombre de réfugiés dans le monde - et qu'elles ont l'obligation morale de le faire. Le préambule de la convention de 1951 sur les réfugiés comporte un engagement de "coopération" internationale, sans distinction de faute. Pour trouver une mesure équitable, le modèle de convention sur la mobilité internationale (MIMC) a calculé un système de redistribution ambitieux mais modeste, basé sur quatre critères : la population, le PIB, le chômage et le nombre de réfugiés dans le passé. Le modèle MIMC repose sur des accords volontaires entre les États, ce qui est politiquement faisable. Comme pour les émissions de carbone, chaque État fixera son propre niveau de responsabilité. En outre, le modèle MIMC permet aux États de choisir entre le financement et la réinstallation.

Il existe clairement une option viable pour restaurer la dignité de nombreux réfugiés. Ce qu'il faut, c'est non seulement une volonté politique, mais aussi une action politique. Le Haut Commissaire du HCR, Filippo Grandi, a déclaré que le défi qu'il lançait à la communauté internationale était de"le mettre au chômage". Il s'agissait d'un appel à la mobilisation pour s'attaquer aux causes profondes des conflits que sont la guerre, le changement climatique et la violence généralisée. En attendant, nous devons soutenir les millions de personnes qui ont fui les conflits.

Michael Doyle est professeur à l'université de Columbia et Senior Fellow àCarnegie Council for Ethics in International Affairs, où il dirige l'initiative Model International Mobility Convention.

Janine Prantl est candidate au LL.M. à la Columbia Law School et doctorante au département de droit européen et de droit international public de l'université d'Innsbruck, en Autriche.

Mark James Wood est chercheur à l'adresse Carnegie Council for Ethics in International Affairs, où il travaille sur le modèle de convention sur la mobilité internationale.

Vous pouvez aussi aimer

30 MAI 2024 - Article

Réflexion sur la mobilité climatique : la causalité a-t-elle perdu sa résonance ?

En gardant à l'esprit le récent arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme contre la Suisse, Mehreen Afzal discute d'une voie juridique à suivre pour les migrations transfrontalières induites par le climat.

3 MAI 2024 - Article

La CIMM à la Conférence sur les migrations internationales

La convention modèle sur la mobilité internationale a participé à la conférence sur les migrations internationales au St. Francis College, partageant une perspective globale sur les tendances actuelles de la mobilité humaine.

30 AVRIL 2024 - Podcast

L'IA est-elle un simple artefact ? avec Joanna Bryson

Dans cet épisode, l'animatrice Anja Kaspersen est rejointe par Joanna Bryson de l'école Hertie pour discuter de l'intersection des sciences informatiques, cognitives et comportementales et de l'IA.