salle vide de l'Assemblée générale des Nations unies

Assemblée générale de l'ONU. CREDIT : Patrick Gruban(CC).

22 mai 2023 - Article

En marge de l'action : La fracture mondiale sur l'Ukraine

Fin février, je me suis retrouvée dans la salle ECOSOC des Nations unies pour participer à une table ronde commémorant le 75e anniversaire de la mort de Mohandas Gandhi. Les engagements de Gandhi en faveur du pluralisme et de la non-violence étant si rares de nos jours, je me suis réjoui de l'occasion qui m'était donnée de revisiter son héritage.

À ma gauche se trouvait l'ambassadeur de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies ; à ma droite, l'ambassadeur de l'Inde. Au cours de la discussion, chacun s'est absenté quelques minutes pour traverser le couloir afin de procéder à un vote décisif à l'Assemblée générale. Ce jour-là, il s'agissait d'une résolution des Nations unies appelant à une "paix globale, juste et durable en Ukraine".

La résolution, composée de 11 paragraphes, condamne l'invasion russe et demande un retrait immédiat et inconditionnel, l'obligation de rendre compte des crimes de guerre et l'engagement des États membres "à coopérer dans un esprit de solidarité pour faire face aux conséquences mondiales de la guerre sur la sécurité alimentaire, l'énergie, les finances, l'environnement et la sécurité nucléaire...".

Le résultat final est de 141 voix pour, 7 voix contre et 32 abstentions. L'Inde et l'Afrique du Sud faisaient partie des 32 abstentions. Lors de ces votes, je n'ai pu m'empêcher de remarquer que l'héritage de Gandhi n'avait aucun effet sur la realpolitik pratiquée par les gouvernements actuels de l'Inde et de l'Afrique du Sud, les deux pays qui ont éveillé les principes moraux de Gandhi et animé sa vie politique.

Le vote de l'ONU confirme une tendance qui se dessine depuis longtemps, mais qui devient urgente : la montée de la multipolarité, telle qu'elle apparaît dans les accords tels que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et les efforts déployés dans le Sud mondial pour créer d'autres modèles de coopération économique et politique.

Alors que les États-Unis et leurs alliés considèrent la guerre en Ukraine comme un test de l'ordre international fondé sur des règles, d'autres nations y voient de la nuance et de l'hypocrisie. Alors que le président Biden présente le soutien à l'Ukraine comme un test de la démocratie contre l'autocratie, d'autres sont tout à fait sceptiques quant à ce cas binaire.

Étant le seul Américain présent ce jour-là, j'ai bénéficié d'un moment de clarté. Une grande partie du monde n'est pas avec nous en ce qui concerne l'Ukraine. Je me suis retrouvé avec une question douloureuse : Comment se fait-il que l'agression russe, les crimes de guerre, les menaces pesant sur l'approvisionnement mondial en nourriture et en énergie et les bruits de sabre nucléaire puissent trouver une réponse dans des abstentions comme celles de l'Inde et de l'Afrique du Sud ?

Ceux qui s'opposent à l'invasion de l'Ukraine par la Russie et s'abstiennent de la condamner font des paris dans un nouveau chapitre de la politique des grandes puissances. Les intérêts économiques, principalement l'accès à une énergie bon marché, sont une priorité importante. Il en va de même pour les intérêts politiques, à l'heure où la Russie se bat, où la Chine fait preuve de souplesse et où l'Inde se développe. Deux générations après la fin de la Seconde Guerre mondiale, une génération après la fin de la Guerre froide et après les guerres en Irak et en Afghanistan, le ressentiment à l'égard du leadership américain est palpable, tant dans les couloirs de l'ONU qu'au-delà.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie révèle une fracture idéologique profonde et croissante. Alors que l'Ukraine aspire à devenir une société ouverte et démocratique, la Russie de Poutine est fièrement illibérale - selon Poutine, "l'idée libérale"a "fait son temps". La défaite du libéralisme est devenue un argument central dans sa justification de la guerre.

Mais pour moi, les arguments en faveur du libéralisme restent plus essentiels que jamais.

Alors que l'Ukraine lutte pour la liberté et un avenir démocratique, la dimension morale du conflit ne doit pas être négligée. Les valeurs des sociétés libres et ouvertes, même imparfaites, méritent d'être soutenues et défendues. Pourtant, une grande partie du monde ne semble pas convaincue qu'une guerre le long de cette ligne de fracture idéologique aboutira à une issue qui lui sera favorable. Par leurs paroles et leurs actions, les abstentionnistes nous ont montré que les arguments idéologiques ne suffisent tout simplement pas à obtenir leur soutien.

Qu'en est-il de la sécurité et de la coopération mondiales ? Si les valeurs communes sont difficiles à trouver - ou à défendre - en Ukraine, alors les intérêts communs doivent être forgés sur des besoins fondamentaux tels que le soulagement des souffrances humaines immédiates dans les zones de combat, la protection des minorités et le rétablissement de la sécurité alimentaire, énergétique et nucléaire. C'est peut-être là que les abstentionnistes et les camps de la démocratie contre l'autocratie peuvent trouver un terrain d'entente et faire une différence positive.

Alors que la guerre s'éternise et que les menaces mondiales s'enveniment, de nouvelles possibilités de solutions créatives se présenteront. Les abstentionnistes devront peser dans la balance, ne serait-ce que dans leur propre intérêt.

Joel H. Rosenthal est président de Carnegie Council for Ethics in International Affairs. Abonnez-vous à sa lettre d'information "President's Desk " pour recevoir les prochaines chroniques qui traduisent l'éthique, analysent la démocratie et examinent notre monde de plus en plus interconnecté.

Carnegie Council for Ethics in International Affairs est un organisme indépendant et non partisan à but non lucratif. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Carnegie Council.

Vous pouvez aussi aimer

Chars M1A2 Abrams de l'armée américaine

6 FÉVRIER 2023 - Article

Éthique, escalade et engagement en Ukraine et au-delà

Maintenant que les missiles HIMAR et Patriot ainsi que les chars Leopard et Abrams sont en route vers l'Ukraine, l'unité de l'OTAN est au plus haut...

Détail de la couverture du livre.

15 DÉC, 2021 - Podcast

La militarisation est-elle essentielle pour la sécurité en 2022 et au-delà ?

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis et leurs alliés ont considérablement développé leurs infrastructures militaires et de sécurité. Mais alors que l'Amérique se détourne de la guerre ...

Reflection pool at the National September 11 Memorial & Museum in New York City. CREDIT: <a href="https://flic.kr/p/ei68SS">Steve Gardner</a> <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">(CC)</a>

10 SEP, 2021 - Article

Après 20 ans de guerres grises, le moment est venu d'envisager une autre voie

"À l'approche de la commémoration des 20 ans du 11 septembre, un chapitre de l'histoire de la politique étrangère des États-Unis se referme", écrit le président de Carnegie Council , Joel H. ...