L'Uruguay signe les accords d'Artemis, le 15 février 2024, Washington, DC. CREDIT : NASA HQ Photo.

L'Uruguay signe les accords d'Artémis. Février 2024, Washington, DC. CRÉDIT : NASA HQ PHOTO(CC).

6 mars 2024 - Article

Renforcer la coalition des accords d'Artémis pour la paix et la stabilité

Lors de la réunion du Conseil national de l'espace en décembre dernier, Phil Gordon, conseiller à la sécurité nationale de la vice-présidente Kamala Harris, a chargé le directeur du renseignement national d'élaborer une proposition nationale sur les normes minimales de cybersécurité pour la sécurisation des systèmes spatiaux. Bien qu'il s'agisse d'une évolution positive, l'administration Biden devrait également envisager une deuxième ligne d'action pour permettre à la NASA et au Département d'État de mener une action en collaboration avec la Coalition des Accords d'Artemis afin d'élaborer une proposition internationale sur les meilleures pratiques en matière de cybersécurité pour les systèmes spatiaux. Plus précisément, l'administration devrait se concentrer sur le développement de la sécurité des missions et des principes de conception pour protéger à la fois le véhicule spatial et le segment terrestre contre les cybermenaces. Le programme d'exploration spatiale Artemis, qui vise à ramener des humains au pôle sud de la Lune en septembre 2026 et à soutenir la première mission avec équipage sur Mars, entre autres missions, pourrait contribuer à réunir plusieurs parties prenantes d'une autre manière - en faisant progresser les meilleures pratiques en matière de cybersécurité pour les systèmes spatiaux.

Les accords d'Artemis et le programme d'exploration spatiale

À ce jour, 36 nations se sont engagées à soutenir les accords d'Artemis, un cadre volontaire multilatéral et non contraignant composé de neuf principes visant à promouvoir l'exploration pacifique et durable de l'espace extra-atmosphérique. Ces États ont également approuvé le programme d'exploration spatiale Artemis, qui a été mis en place en octobre 2020, avec des partenaires de la coalition de l'Australie, du Canada, de l'Italie, du Japon, du Luxembourg, des Émirats arabes unis, du Royaume-Uni et des États-Unis. L'Uruguay est le dernier signataire en date du 15 février 2024. Lors de la cérémonie officielle de signature entre les représentants de l'Uruguay et des États-Unis au siège de la NASA, les représentants du département d'État ont fait écho à l'appel de l'administration Biden en faveur de l'élargissement des partenariats spatiaux internationaux et de la facilitation de l'échange d'informations pour promouvoir la sécurité.

Outre les accords, la première mission en équipage du programme d'exploration spatiale autour de la Lune, Artemis II, est prévue pour septembre 2025. Cette mission en équipage de quatre personnes devrait se placer en orbite autour de la Lune en une dizaine de jours.

Dans le cadre de ce programme, la coalition des accords d'Artemis pourrait également contribuer à orienter le débat sur la réduction des cyber-vulnérabilités des systèmes et infrastructures spatiaux. Cela pourrait prendre la forme d'un groupe de travail au sein d'Artemis pour produire un guide mondial des meilleures pratiques pour sécuriser les systèmes spatiaux contre les menaces et les vulnérabilités cybernétiques potentielles. Le Comité international sur les systèmes mondiaux de navigation par satellite (ICG), organisé sous l'égide des Nations unies, pourrait également servir de point focal pour les échanges liés à l'élaboration d'un guide mondial des meilleures pratiques pour les systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS).

L'automne dernier, à Madrid, en Espagne, le comité a organisé sa 17e réunion annuelle avec les représentants des principaux fournisseurs de services GNSS afin de discuter du mandat du GIC pour la promotion de l'utilisation et de l'application du GNSS au niveau mondial. En s'appuyant sur ces différentes communautés d'experts, il est possible de stimuler la coopération mondiale autour des principes d'hygiène en matière de cybersécurité pour les systèmes spatiaux, d'atténuer l'accès non autorisé aux fonctions critiques des systèmes spatiaux et de gérer les risques liés à la chaîne d'approvisionnement. À cet égard, le cadre stratégique pour la diplomatie spatiale du département d'État des États-Unis reconnaît l'interdépendance croissante entre les menaces cybernétiques et spatiales, et encourage la collaboration stratégique entre de multiples secteurs. Le département d'État considère également les accords d'Artemis comme une "pièce maîtresse de la diplomatie spatiale civile des États-Unis", afin de promouvoir un ordre international fondé sur des règles.

Susciter des discussions dans les forums multilatéraux

La convocation d'un groupe de travail international sur ces questions sous l'égide d'Artemis pourrait également générer des dialogues mondiaux plus approfondis dans d'autres forums multilatéraux, comme le Comité des Nations unies pour l'utilisation pacifique de l'espace extra -atmosphérique (COPUOS), sur le renforcement des capacités duales dans le cyberespace et l'espace. Les efforts visant à renforcer la sécurité et la fiabilité des opérations spatiales profitent à la NASA, aux partenaires internationaux et aux autres acteurs de l'exploration et du développement de l'espace. Il s'agit notamment de renforcer l'intégration avec les alliés et les partenaires afin d'accroître le partage d'informations, d'améliorer la résilience des systèmes et de promouvoir la durabilité des activités spatiales.

Dans ce domaine, on entend généralement par durabilité le maintien de la capacité d'opérer dans l'espace à l'avenir, "d'une manière qui permette d'atteindre les objectifs d'un accès équitable aux bénéfices de l'exploration et de l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques", selon les lignes directrices 2019 pour la durabilité à long terme de l'espace extra-atmosphérique du COPUOS de l'ONU. Étonnamment, ces lignes directrices ne mentionnent pas la cybersécurité, qui est un élément essentiel pour soutenir le cycle de vie de l'ingénierie dans le développement de systèmes spatiaux durables, sûrs et résilients. C'est là que réside une opportunité de renforcement des capacités pour identifier les meilleures pratiques permettant de protéger les biens spatiaux et leur infrastructure de soutien contre les cybermenaces. Selon le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, la coopération internationale deviendra "d'autant plus importante que les opportunités dans l'espace évoluent et que les menaces, dans et vers l'espace, évoluent également".

Au fur et à mesure que ces menaces évoluent, les possibilités de collaboration en matière de sécurité évoluent également. En résumé, la coalition des accords d'Artemis, ainsi que les travaux du GIC et du COPUOS des Nations unies, pourraient servir de catalyseur pour soutenir le renforcement des capacités cybernétiques dans les missions spatiales. Une collaboration renforcée entre les secteurs et les domaines est essentielle pour détecter et répondre aux cybermenaces qui pèsent sur les systèmes spatiaux.

Carnegie Council for Ethics in International Affairs est un organisme indépendant et non partisan à but non lucratif. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Carnegie Council.

Vous pouvez aussi aimer

Lancement d'OSIRIS-REx, septembre 2016, Floride. CREDIT : NASA Goddard Space Flight Center.

29 NOVEMBRE 2023 - Article

Une épopée centrée sur l'homme pour la connaissance du domaine spatial de l'OTAN

Dans ce rapport sur le sommet annuel de l'OTAN consacré à la politique spatiale, Zhanna Malekos Smith, chercheuse invitée, analyse les défis auxquels l'institution est confrontée dans l'ultime frontière.

18 JUIN 2021 - Podcast

The Doorstep: Cryptocurrencies & Global Decentralization, avec David Yermack de NYU Stern

Les crypto-monnaies font la une des journaux : le Salvador a récemment annoncé que le bitcoin était la monnaie légale du pays et MM. Biden et Poutine ont discuté des ransomwares et des crypto-monnaies lors de leur ...

27 MARS 2024 - Article

Le spectre des armes EMP dans l'espace

Zhanna Malekos Smith, chercheuse invitée, décrit le danger des armes à impulsions électromagnétiques. Comment les nations peuvent-elles se protéger de cette menace catastrophique ?