Lancement d'OSIRIS-REx, septembre 2016, Floride. CREDIT : NASA Goddard Space Flight Center.

Lancement d'OSIRIS-REx, septembre 2016, Floride. CREDIT : NASA Goddard Space Flight Center(CC).

29 novembre 2023 - Article

Une épopée centrée sur l'homme pour la connaissance du domaine spatial de l'OTAN

"Et nous sommes sortis pour contempler les étoiles" - DanteAlighiere

Le Commandement allié Transformation est le commandement du développement de la guerre stratégique de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Du 8 au 10 novembre, le Commandement allié Transformation, en partenariat avec le groupe de réflexion italien Istituto Affari Internazionali et l'université de Bologne, a organisé son sommet annuel de haut niveau pour discuter du rôle de l'OTAN dans l'espace et de la prolifération des menaces spatiales qui pèsent sur la sécurité et la défense des alliés.

Cet événement a réuni des intervenants de haut niveau de l'OTAN, ainsi que des dirigeants multinationaux du secteur privé, des gouvernements et des universités. Les participants se sont réunis au château médiéval de Rocca à Bertinoro, en Italie, pour envisager la voie à suivre pour les opérations spatiales de l'OTAN.

Notant l'humour historique, j'ai apprécié, en tant que participant, que ce château ait autrefois abrité le poète italien Dante, auteur du chef-d'œuvre satirique La Divine Comédieune épopée sur le voyage dans l'au-delà. C'était donc un lieu approprié pour servir de forum à notre "voyage intellectuel" à travers les sphères d'un espace céleste inconnu similaire - l'espace extra-atmosphérique. Mais je m'éloigne du sujet.

Plusieurs thèmes unificateurs se sont dégagés des discussions : (1) l'exploration de la capacité de l'OTAN à mener des opérations et des missions spatiales en toute sécurité, (2) les approches en matière de dissuasion et de défense, et (3) la nécessité croissante de concevoir une doctrine spatiale. À l'heure où nous écrivons ces lignes, l'OTAN n'a pas de doctrine spatiale officielle. En 2019, toutefois, les Alliés ont adopté une politique spatiale, faisant de l'espace un domaine opérationnel, et en 2022, ils ont publié une politique spatiale globale révisée. L'année dernière, l'OTAN a dévoilé son plan directeur, le concept stratégique, pour identifier la posture de dissuasion et de défense de l'Alliance dans l'espace.

Améliorer la sensibilisation au domaine spatial

Les séances de travail ont porté sur la manière dont l'OTAN devrait hiérarchiser ses efforts pour passer de la connaissance de la situation dans l'espace à une stratégie plus large axée sur la supériorité en matière de connaissance du domaine spatial. La politique spatiale de l'OTAN définit la connaissance du domaine spatial comme une compréhension évolutive et partagée de "l'environnement, des menaces et des vulnérabilités liés à l'espace opérationnel". Elle comprend des capacités de soutien, telles que la connaissance de la situation dans l'espace (c'est-à-dire le partage d'informations sur les activités spatiales), le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (ISR), les opérations de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNT), les communications par satellite, les services météorologiques et les systèmes partagés d'alerte rapide.

La mise en place de l'initiative APSS (Alliance Persistent Surveillance from Space) est un exemple de la manière dont l'OTAN travaille à la réalisation de ces objectifs de développement. Cette initiative, annoncée par l'OTAN en février 2023, vise à "renforcer la surveillance depuis l'espace et le renseignement pour l'Alliance, ce qui améliorera la connaissance de la situation et la prise de décision". À mesure que l'économie spatiale mondiale se développe, en particulier l'industrie des satellites, l'amélioration de la connaissance du domaine par le biais de partenariats spatiaux public-privé apparaît comme une priorité absolue pour les nations spatiales de premier plan.

En dehors de ces préoccupations, et parce que l'espace est contesté sur le plan géopolitique, la résilience est essentielle pour protéger et défendre les biens spatiaux des alliés, des partenaires et des entreprises contre les utilisations hostiles de l'espace. Comme l'indique clairement le document 2023 Space Policy Review and Strategy on Protection of Satellites du ministère de la défense des États-Unis, ce domaine dynamique "nécessite une architecture de commandement et de contrôle (C2) résiliente pour synchroniser les effets spatiaux des opérations" et permettre le déplacement des forces terrestres.

Viabilité à long terme des activités spatiales

En outre, l'environnement spatial orbital devient de plus en plus encombré en raison des débris orbitaux en orbite basse (LEO) et des défis liés à l'émergence de grandes constellations. Il en résulte des risques accrus de collision et d'interférence avec des objets spatiaux. Les débris orbitaux constituent une menace chronique et aveugle pour tous les États, la NASA indiquant qu'il s'agit de la principale menace pour les engins spatiaux, les satellites et les astronautes. Lorsque des débris orbitaux entrent en collision avec d'autres objets spatiaux, ils déclenchent une réaction en chaîne de collisions et de propagation de débris, connue sous le nom de " syndrome de Kessler". Selon l'organisation américaine à but non lucratif Union of Concerned Scientists, les débris orbitaux en orbite basse (LEO), c'est-à-dire à une altitude inférieure ou égale à 2 000 kilomètres, peuvent se déplacer "30 fois plus vite qu'un avion à réaction commercial". À cette vitesse, des débris de plus d'un centimètre peuvent gravement endommager ou détruire un satellite, et il n'est pas possible de se protéger efficacement contre des débris de cette taille.

De manière plus optimiste, les participants ont noté que les défis partagés de la durabilité de l'espace du point de vue de l'éthique des biens communs mondiaux pourraient également être exploités en tant que vecteur de diplomatie. Cela permettrait de rassembler les parties prenantes afin de promouvoir le respect des normes relatives au comportement responsable des États dans l'espace. À cette fin, les lignes directrices pour la viabilité à long terme des activités spatiales, élaborées par le Bureau des affaires spatiales des Nations unies, soulignent que la coopération internationale entre les États et les organisations mondiales est primordiale pour atteindre les 17 objectifs de développement durable des Nations unies et garantir la sécurité et la viabilité à long terme des opérations spatiales pour les générations futures.

Besoins de l'OTAN en matière de développement des compétences dans le domaine spatial

Indépendamment des questions de durabilité, les participants ont également identifié une pénurie de talents et un déficit de développement de la main-d'œuvre dans les carrières liées à l'espace. S'il est essentiel de développer les moyens technologiques nécessaires à la surveillance de l'espace, c'est l'homme qui, en fin de compte, assurera la transition entre la surveillance de l'espace et la surveillance du domaine spatial. Cette révélation n'est pas surprenante.

Ce qui est surprenant, cependant, c'est que lorsque ce récit est présenté, l'innovation technologique est plus souvent mise en avant au détriment de la discussion sur les programmes d'éducation spatiale et les filières de formation professionnelle pour former et retenir la prochaine génération d'opérateurs et de praticiens de l'espace. Dans une certaine mesure, même la politique spatiale de l'OTAN reconnaît ce besoin, en déclarant que "l'espace devrait continuer à figurer de manière plus cohérente et plus importante dans les exercices de l'OTAN, en incluant la perte partielle ou complète de l'accès aux services spatiaux fournis par les capacités des Alliés".

Les possibilités de formation et d'entraînement multinationales sont essentielles à la réalisation de la vision de l'OTAN, qui consiste à accroître la connaissance du domaine spatial et à promouvoir la sécurité et la stabilité. Comme l'écrit Dante, "Si vous donnez de la lumière aux gens, ils trouveront leur propre chemin". En l'occurrence, les possibilités d'éducation et de formation dans le domaine spatial constituent une lumière symbolique permettant au personnel spatial d'acquérir les compétences requises pour trouver des moyens de combler ce fossé en matière de formation et de répondre aux besoins à long terme de l'OTAN dans l'ultime frontière.

Carnegie Council Zhanna L. Malekos Smith, chercheuse invitée, est intervenue en tant qu'experte lors du sommet spatial du Commandement allié Transformation de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), le 10 novembre 2023.

Carnegie Council for Ethics in International Affairs est un organisme indépendant et non partisan à but non lucratif. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Carnegie Council.

Vous pouvez aussi aimer

18 JUIN 2021 - Podcast

The Doorstep: Cryptocurrencies & Global Decentralization, avec David Yermack de NYU Stern

Les crypto-monnaies font la une des journaux : le Salvador a récemment annoncé que le bitcoin était la monnaie légale du pays et MM. Biden et Poutine ont discuté des ransomwares et des crypto-monnaies lors de leur ...

9 AVRIL 2021 - Podcast

The Doorstep: La nouvelle course à l'espace avec Christian Davenport du Washington Post

"Christian Davenport, journaliste spécialiste de la défense et de l'espace au Washington Post, rejoint Nick Gvosdev et Tatiana Serafin pour parler de la commercialisation et de la démocratisation de l'espace. Comment ...

U.S. Navy ships in the South China Sea, October 2019. <br>CREDIT: <a href="https://www.flickr.com/photos/compacflt/48854834982">U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Erwin Jacob V. Miciano</a> <a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/">(CC)</a>.

31 MARS 2021 - Podcast

2034 : Un roman sur la prochaine guerre mondiale, avec l'amiral James Stavridis et Elliott Ackerman

La concurrence entre les États-Unis et la Chine est l'un des événements marquants de cette époque, mais elle s'est arrêtée à la violence, pour l'instant. Dans le roman "2034", ...